Actualité immobilière

Immobilier : des opportunités à saisir

Les années 2012/2013 furent particulièrement peu propice au marché de l’immobilier. En effet, au vu des prix pratiqués et malgré des taux d’emprunt très bas, les particuliers se sont montrés très frileux.

Pour le début d’année 2014, cet état de crise persiste et se veut peu rassurant pour les banques qui évoluent vers un avenir incertain, notamment avec l’arrivée de la réforme bancaire et financière. Les Français ont perdu confiance et la baisse du pouvoir d’achat et l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi n’arrangent rien. Mais il semblerait cependant que le vent tourne…
Immobilier : un marché au ralenti

Le marché de l’immobilier stagne et les investisseurs étrangers ont disparu. Cette crise a entraîné une dégringolade des transactions qui devrait se poursuivre durant cette année. Concernant les ventes dans le neuf, la situation est catastrophique : les ventes ont reculé de près de 30 % par rapport à l’année 2010, ce qui n’arrange pas le cas des professionnels de l’immobilier. La fin du Scellier et la plus-value à la revente remise en question a eu raison des Français!

Une telle situation, que l’on peut qualifier de « grave » dans le monde de l’immobilier, aurait dû entraîner une baisse des prix. Or, ceux-ci n’ont pratiquement pas bougé. Les taux d’emprunt historiquement bas y sont peut-être pour quelque chose. En effet, très avantageux pour les emprunteurs, ces taux constituent un frein considérable à une baisse des prix de l’immobilier.

Mais les prix commencent à baisser !
Même si la baisse des prix de l’immobilier est difficilement perceptible, elle existe bel et bien, mais n’est tout simplement pas uniforme. Ces prix surévalués vont-ils finalement être revus à la baisse dans tout l’hexagone ? Il est en effet fort probable de connaître une baisse de 15 à 35 % d’ici les mois à venir. Il est donc peut-être bientôt temps de réaliser votre projet…
Aujourd’hui, 47 % des Français pensent que la période actuelle est favorable pour concrétiser un projet immobilier : pour la plupart d’entre eux, les conditions d’emprunt sont très intéressantes.

Les prix des biens immobiliers commencent à marquer le pas à Bordeaux

Comptez 3.104€ en moyenne pour devenir propriétaire d’un bien à Bordeaux
Les prix des biens immobiliers se stabilisent à 3.104 € le m²
Malgré leur niveau toujours élevé, les prix des biens immobiliers commencent à marquer le pas à Bordeaux. En moyenne, ils se situent autour de 3.104 euros le mètre carré pour un appartement, avec des variations à la hausse ou à la baisse selon les quartiers et l’état du bien. Pour comparaison, les prix immobiliers moyen pratiqués à Périgueux, à une centaine de kilomètres de bordeaux, s’établissent à 1.469 euros le mètre carré.
En revanche, en un an, le volume des transactions immobilières réalisées à Périgueux a chuté de 15%.
Comment expliquer la résistance des prix ?
Parmi les raisons qui expliquent le maintien des prix des biens immobiliers malgré une chute du volume des ventes immobilières figurent :
• la diminution des biens offerts à la vente,
• la surenchère pratiquée sur les logements de qualité, bien placés et bien isolés, qui restent très convoités des acquéreurs fortunés.
Prêts à payer plus de 5.000 € le m², ces acheteurs sont le plus souvent des couples aisés ou des seniors.
Ainsi, si dans le centre-ville de Périgueux un bel appartement est proposé entre 3.000 et 3.500 € le m², ce prix descend à 2 500 € le m² pour un logement présentant des défauts.
Les quartiers les plus abordables de Bordeaux
À noter que la majorité des primo-accédants qui acquièrent un bien immobilier à Bordeaux jettent leur dévolu sur les quartiers situés au sud de la ville. Plus abordables, les appartements des immeubles construits dans les années 60 à 70 y sont en effet vendus entre 2.500 et 3.000 € le m².

Vous pourriez aimer aussi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.