Style de construction

Choisir un style de construction

Faire construire la maison de rêve n’est pas si simple .Un maison traditionnelle ou moderne : des constructions qui allient prestige, design et qualité. Originalité, matériaux nobles et respect du savoir-faire régional sont pour une bonne part au rendez-vous pour des demeures exceptionnelles.

Une jolie maison c’est d’abord l’environnement. C’est lui qu’il faut choisir en premier lieu, en tenant compte aussi bien de considérations pratiques (éloignement, climat, commodités…) que de considérations esthétiques (décor, paysage…) et même morales : le caractère et l’humeur des « gens du pays» ne sont jamais des facteurs négligeables.

La région d’habitation.

Il est important de savoir que la solitude est plus facile à trouver au Nord qu’au Midi, que la Méditerranée n’est qu’une belle et grande piscine tandis que l’Atlantique reste une mer sauvage et que chaque province a sa couleur dominante : le vert pour la Normandie, l’ocre pour la Provence, le gris-bleu pour la Bretagne, etc. Mais si c’est vraiment avec le cœur que l’on choisit son environnement, il est rare que l’on puisse se tromper en y construisant sa maison.
Car l’architecture d’une maison est avant tout une succession d’accords: accord avec le cadre immédiat, accord avec le climat, accord avec le terroir qui, au cours des siècles, a déterminé lui-même les matériaux et les formes qui lui convenaient.

L’architecture et le confort.

Rien n’est plus triste que les grandes villas gothiques et normandes que de riches Anglais ont construit le long de la côte basque vers 1890. Une villa toscane près de Dieppe (elle existe), un chalet savoyard aux environs de Melun (on en voit) ne sont pas seulement d’étranges défis à l’humidité du pays de Caux ou aux horizons plats de la Brie, ce sont aussi des maisons malheureuses que rien ne pourra jamais guérir de leur déséquilibre fondamental.

Ce n’est pas, du reste, une condamnation de l’architecture moderne : les voiles de béton et les lignes courbes des disciples de Le Corbusier peuvent s’accorder profondément aux roches rouges de la côte varoise, aux pentes arides des Alpes et même, parfois, à un bord de rivière en lie-de-France.
Mais que l’on construise une maison neuve ou que l’on aménage une maison plus ou moins vieille, les principes restent les mêmes; dans tous les cas, ils reposent sur la recherche d’une harmonie véritable entre la maison et son environnement. Ce qui n’exclut jamais le confort mais, au contraire, lui donne son prix, sa place et sa proportion dans une maison qui ne doit pas être, comme celles des villes, une machine à habiter mais bien, au sens plein du mot, une demeure.

Les maisons neuves

Construire une maison était souvent, jadis, l’œuvre de toute une vie, où se reflétaient à la fois le caractère du maître et celui de ses ouvriers. C’est encore aujourd’hui une chose grave et pleine d’attraits qui exige du goût, de la patience, de l’imagination et beaucoup d’amour.
A la campagne, une maison est en même temps une légère retouche apportée au paysage et une sorte de portrait de pierre, de brique ou de bois de celui qui l’a fait bâtir.
Il y a, en premier lieu, un choix simple à faire: style régional ou architecture moderne.

Le style régional.

S’il est pur et s’il s’appuie sur une documentation précise, le style régional convient par¬tout puisqu’il est un produit naturel du terrain. Il est, en général, fortement caractérisé et correspond à peu près aux délimitations géographiques des vieilles provinces françaises. Bien entendu, les régions les plus isolées, pays de montagne comme les Alpes ou l’Auvergne, ou provinces situées à l’écart des grandes voies de communication, comme la Bretagne et le Béarn, ont des traits plus purs que les régions de passage ou de frontières.
D’autre part, comme nous le verrons en ce qui concerne le mobilier rustique, il ne faut pas oublier que l’architecture régionale a pour modèle un habitat rural assez simple, sinon pauvre. Les grands châteaux, de tout temps, ont été construits au gré de modes internationales et ne reflètent qu’accidentellement le goût ou les traditions de la province où ils sont situés.

L’architecture moderne.

L’architecture moderne des maisons de campagne est essentiellement une architecture de plage. Même lorsqu’elle n’est pas destinée à une crique du Cap-d’Antibes ou à une dune de Soustons, elle reste une invocation à ces deux dieux païens des loisirs du 20è siècle. la mer et le soleil.
C’est pourquoi elle trouve des limites géographiques assez étroites : Provence, Alpes, côtes méditerranéennes, et côtes de l’Atlantique au sud de la Loire.
Les lignes très dépouillées, les matériaux particuliers ne souffrent pas la proximité d’un habitat traditionnel. Il lui faut ou bien le voisinage de constructions semblables comme dans le cas de villes ou de villages de vacances, ou bien un paysage encore désert dont elle pourra, grâce à la souplesse des matériaux, imiter les lignes et le mouvement jusqu’à acquérir une sorte d’invisibilité.

Adopter le style de la région

La brève étude des styles régionaux que l’on trouvera sur la rubrique Style de maison n’est, bien entendu, qu’un aperçu schématique des principales caractéristiques de chaque région. Nous avons particulièrement insisté sur trois éléments importants de l’architecture paysanne :
Les matériaux employés qui vont du bois au galet, en passant par toutes les formes de pisé et une grande variété de pierres dures ou tendres.
Le toit qui donne à la maison rurale sa silhouette caractéristique. Sa forme et le matériau employé pour sa couverture obéissent à la fois à des conditions géographiques, à des préoccupations esthétiques et à des traditions historiques;
Les ouvertures, portes et fenêtres qui, par leur nombre, leurs formes, leur orientation sont le reflet du climat de chaque région et celui des occupations et même du caractère de ses habitants.

On trouvera également pour chaque province le plan sommaire d’une maison paysanne type, de petite dimension, certains détails caractéristiques qui peuvent concerner l’architecture, l’aménagement intérieur, ou la disposition des bâtiments annexes.
Enfin, il ne faut pas oublier que la maison rurale n’était pas seulement un abri familial mais aussi un outil agricole ou artisanal. Cette dernière fonction est en passe de disparaître mais elle a influencé profondément tous les types d’habitat paysan. La place réservée au bétail, au fourrage, au matériel ou à l’exercice d’une profession artisanale est souvent plus importante que celle réservée aux membres de la famille.

Dans le cas d’une construction neuve, ces pièces ou ces bâtiments sont, le plus souvent, sans objet.

7

Vous pourriez aimer aussi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.